vendredi 12 août 2016

Des Outres Neuves

En cette période estivale, nous profitons pour réaménager le bureau de Vie Comblée.

Nous mettons du matériel vidéo et des rayonnages de l’œuvre à la disposition d’un ministère qui s’est levé dans le champ missionnaire.

Et puis, nous nous préparons, nous aussi, pour notre rentrée !

Et cela, à partir de deux paroles de notre Seigneur Jésus-Christ qui ont éveillé avec force notre esprit. Je les cite :

1ère Parole : « Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu. » - Marc 14. 25.

Notez bien qu’il n’a pas dit : « je le boirai de nouveau ».

Mais : « je le boirai nouveau ».
         Jésus, par le don de sa vie, attire ainsi l’attention des disciples, éveillant leur esprit à une ère nouvelle qui se prépare pour eux. Ce temps est proche.

« Dès ce moment, Jésus commença à prêcher et à dire : « Changez d’attitude, car le royaume des cieux est proche. » Matthieu 4. 17.

Par cet enseignement de Jésus aux disciples, les prémices d’un nouvel ordre qu’il établit vont être confirmés en Apocalypse 3. 20 à l’apôtre Jean au temps voulu. Il met ici une nette séparation quant à la célébration de la Sainte Cène telle que nous la célébrons aujourd’hui, et telle qu’il nous invite désormais à la célébrer et à la partager concrètement avec Lui : « Je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où JE LE BOIRAI NOUVEAU dans le royaume de Dieu. »

Nous pouvons confronter cette définition en nous reportant dans l’Evangile de Jean 6. 52 à 56. Il nous invite à passer de l’acte symbolique du pain et du vin, à manger réellement son corps céleste et boire son sang avec Lui dans sa gloire. Son sang représente la lumière, l’énergie.

Entre l’Ancien Testament et l’Apocalypse, Jésus, par le biais des Evangiles, vient pour nous préparer à passer en conquérants dans le pays promis pour servir en Vérité.

« L’éclat des corps célestes est différent de celui des corps terrestres. … Tel est le céleste, tels seront les célestes. » 1 Corinthiens 15. 40, 48.

Sous l’égide de Moïse, une fois libéré du pouvoir de Pharaon, le peuple a traversé la Mer Rouge d’une part.
Et d’autre part, sous le commandement de Josué et Caleb, ceux qui ont cru et choisi de ne pas rester dans le désert, sont passés et entrés en conquérants en Canaan.

Voici le temps est venu où Jésus a accompli et satisfait la Justice de Dieu pour notre salut esprit-âme-corps, afin de nous libérer de notre captivité espace-matière-temps où règnent les maux. Il a donné ainsi, à celui qui croit, la possibilité d’accéder et de passer réellement en vainqueur avec Lui dans la plénitude de sa gloire.

« Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi. » Jean 14. 3.
        
« Après avoir dit cela, il s’éleva dans les airs pendant qu’ils le regardaient et une nuée le cacha à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, deux hommes habillés de blanc leur apparurent et dirent: « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder le ciel ? Ce Jésus qui été enlevé au ciel du milieu de vous reviendra de la même manière que vous l’avez vu aller au ciel. » Actes 1. 9-11.

Comme promis, en se révélant à l’apôtre Jean en Apocalypse 1. 1 à 20, c’est vers les siens qu’Il est revenu.
En s’adressant aux sept Eglises, Jésus parle à chaque croyant pour l’inviter à s’engager, en vue de servir les intérêts du royaume de Dieu en vainqueur. Ce qui implique de prier, de désirer monter avec ardeur dans les lieux célestes pour être avec Lui.

La chair - corps mortel - ne sert de rien et ne peut pas hériter du royaume de Dieu. Le plan de Dieu oblige que nous passions par le baptême de feu céleste qui veut dire immersion dans la nature du corps glorifié de Jésus. Car nous avons de plus grandes choses à faire. C’est la condition incontournable afin de vivre la métamorphose de notre corps pour engloutir ce qui est mortel et devenir semblable à Lui, puis être en capacité de monter jusque dans la salle du Trône, afin de servir dans une toute autre dimension, puis redescendre sur terre.

Jésus s’adresse aux disciples, mais aussi aux spécialistes de la loi, aux pharisiens, et aux collecteurs d’impôts.

2ème Parole : « Personne ne coud un morceau de tissu neuf sur un vieil habit, sinon la pièce neuve ajoutée arrache une partie du vieux, et la déchirure devient pire. Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres, sinon les outres éclatent, le vin coule et les outres sont perdues; mais il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves. » Marc 2. 21-22.

Jean-Baptiste a prophétisé :
« Moi, je vous baptise d’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de détacher la courroie de ses sandales. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu. Il a sa pelle à la main ; il nettoiera son aire de battage et il amassera le blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans le feu qui ne s’éteint jamais. » Luc 3. 16-17.

Dieu nous témoigne par le don de Son Fils Unique Jésus, l’œuvre salvatrice comme étant la voie de l’excellence qui nous introduit dans l’Apocalypse où tout est GLOIRE.

Conformément à ce paysage prophétique, nous sommes invités à tenir un tout autre discours qui nous révèle toute la plénitude de notre héritage dans le Christ Glorifié.

Pour cela, Il nous demande de persévérer en parlant les paroles de notre nouvelle identité en Lui dans nos prières comme citées en Apocalypse. Ainsi, son plan nous offre un éclairage nouveau sur l’Ancien Testament en nous montrant que Christ est là, présent, caché dans toute sa gloire.

Le vin nouveau n’est rien d’autre que le message révélé de l’Apocalypse venant remplir les outres neuves qui représentent nos corps (esprit-âme-corps). Elles sont ces personnes qui, une fois le cœur circoncis (converti), passent directement par le baptême de feu, en vue d’entrer dans le processus de transformation pour devenir « semblables » au Fils premier-né d’entre les morts, Jésus, le Christ Glorifié.

La Foi se trouvant alors enrichie et valorisée, saisissons l’appel de Dieu pour revêtir Jésus glorifié, et ainsi être élevés dans le royaume de Dieu afin de conquérir le monde des ténèbres. De ce fait, il nous appartient, au Nom de Jésus, d’exercer l’application de la peine réservée à l’adversaire de nos âmes qui consiste à l’éjecter du deuxième ciel. Il a été vaincu une fois pour toutes. Il nous appartient de mettre ainsi un terme à ses actions meurtrières sur la terre.

L’ordre de Jésus est établi.
« Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire. » Luc 10. 19.

Il n’est pas écrit : Marcher « sous » ou au « milieu », mais « SUR ».
« Je les frappe, et ils ne peuvent plus se relever, ils tombent sous mes pieds. » Psaumes 18. 39.

« Comme un troupeau, ils sont poussés dans le séjour des morts ; la mort est leur berger. Le matin les hommes droits les foulent aux pieds, leur beauté s’évanouit, le séjour des morts est leur demeure. » Psaumes 49. 15.

Il y a berger et BERGER !
Il y a celui qui détruit la vie et pousse dans le séjour des morts. Ce n’est pas une fatalité.

Il y a celui qui donne Sa Vie et élève à la Victoire sur la mort. C’est la réalité.

« Il nous soumet des peuples, il met des nations sous nos pieds. » Psaumes 47. 4.

Il est impératif d’actualiser notre discours :
1.      Celui qui nous maintient dans la fatalité et à subir les assauts de l’adversité. Et à rester dans le paysage spirituel désertique exposé à toutes sortes de maux.
2.      Celui qui nous conduit à nous positionner selon le plan de Dieu avec Jésus dans sa gloire. Et demeurer dans le paysage prophétique de l’Apocalypse en vue de servir en Vérité.

A chacun son choix !
Je vous encourage à marquer votre choix, le bon.
En exerçant le pouvoir de votre libéralité avec générosité, vous soutenez le « message » que le ministère et l’œuvre Vie Comblée ont mission de faire entendre.

Vous nous permettrez également d’accompagner une nouvelle génération de compagnons d’œuvre qui s’engagent à l’appel de Dieu retentissant dans leur coeur.

Pour cette raison, nous accentuons notre investissement de temps et de déplacement dans notre champ de mission où les maisons s’ouvrent à l’œuvre de cette ère nouvelle, et à cet ordre établi par notre Seigneur Jésus, notre Bon Berger.

La Maison du Potier,
La Maison d’Epaphras,
La Maison de la Compassion,
La Maison de Sion,
La maison de la Justice,
La Maison de la Miséricorde,
La maison de la Samaritaine,
La maison de Zoé,
La Maison du Repos.
Chacune en leur sein et dans un même Esprit de foi élève des prières en votre faveur.


Vos sujets de prière sont également attendus.

Fraternnellement,
En Jésus.
Yves Gravet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.