mardi 29 mai 2012

La foi qui ouvre la voie de la bénédiction


Elie, le Thischbite, un habitant de Galaad, était un homme de la même nature que vous et moi. Il était le 'serviteur' de l'Éternel. Or, qui dit 'serviteur' dit 'écouter' le maitre pour 'recevoir' ses instructions, et faire ce qu'il 'montre' de faire ce pour quoi il nous a choisis et établis. Ainsi, Elie écoutant la voix de l'Éternel, afin de suivre ses instructions, était en mesure de déclarer avec assurance ce qu'il recevait de Lui : "L'Éternel est vivant, le Dieu d'Israël, dont je suis le serviteur ! Il n'y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à 'ma parole'." – 1 Rois 17 : 1. Et de s'engager dans ce qu'il lui montrait de faire pour régner dans Ses œuvres : "Pars d'ici, dirige-toi vers…, cache-toi…. Tu boiras de l'eau du torrent… et j'ai 'ordonné' à des corbeaux de te nourrir." 1 Rois 17 : 4, 5. Ce qu’il fit.

Plus tard, à nouveau, la Parole de l'Éternel lui fut adressée : "Lève-toi, va à Sarepta, … et demeure là. Voici, j'y ai 'ordonné' à une femme veuve de te nourrir." 1 Rois 17 : 8. Elie se mit en marche. Le moins que nous puissions dire, c’est que les circonstances ne favorisaient pas à prendre un tel engagement pour se rendre au sein d'une famille en difficulté économique ; Dieu a Son plan, cela va sans dire, évidemment.
Nous remarquons, ici, que rien ne nous dit qu'Elie avait passé du temps à 'invoquer' l'Éternel pour obtenir un peu de sa faveur. En outre, mieux encore, Elie était un homme qui 'dialoguait, conversait' avec l'Éternel. Car se rendant attentif à ses moindres instructions, il les appliquait en s'engageant ce vers quoi il devait aller ; par conséquent, il était assuré de 'voir' le témoignage que l'Éternel rendait à Sa Parole. Il lui suffisait de déclarer (prier) ce que l’Éternel lui révélait, de poser des actes, et le miracle de Dieu s'accomplissait. Elie était ce serviteur parvenu à 'ETRE' ce que l'Éternel dit un jour à Moïse, tu diras 'JE SUIS'.
'Entendre' et 'voir' les réalités célestes qui appartiennent au Royaume de Dieu, deux verbes à partir desquels le miracle de Dieu jaillit par Sa puissance et Sa gloire. La Parole de Dieu est 'vivante'.

Certainement qu'au bord de ce torrent, Elie, assoiffé d'écouter 'les' instructions de l'Eternel pour les appliquer sans discuter le pourquoi du comment, avait passé du temps à 'converser' avec l'Éternel, et qu'il prenait plaisir à 'entendre' de Lui et de ce qu'il Le 'voyait' faire. Sa foi ne s'attardait pas sur les circonstances d'ici-bas, mais elle était orientée avec 'une ferme assurance' vers une démonstration vivante des réalités célestes auxquelles il avait accès. Ainsi, se perfectionnait-il de jour en jour pour devenir semblable à l'image de l'Éternel qui 'dit' et qui 'accomplit' ce qu'il dit : "L'Éternel est vivant, le Dieu d'Israël, dont je suis le serviteur ! Il n'y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à 'ma parole'." Et cela jusqu'au jour où, pleinement transformé, il sera, aux yeux d'Élisée, enlevé 'esprit, âme et corps' dans la gloire de Dieu, sans passer par la mort corporelle.
Nous pouvons comparer avec Jésus : "En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il 'voit' faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père 'aime' le Fils, et lui 'montre' tout ce qu'il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans 'l'étonnement'." Jean 5 : 19-20.

Elie arrive dans la ville de Sarepta. En apercevant cette veuve ramasser du bois, il 'voit' en elle une réalité céleste concrète qui se manifeste conformément à l'instruction de l'Éternel. Il l'interpelle et lui demande de l'eau pour qu’il boive et un morceau de pain pour manger ; à noter qu’il précise dans ‘ta main’. Pour quelle raison est-il précisé 'ta main' ? La main symbolise le moyen de 'bénir', de 'servir', de 'semer'…
Cette femme savait que le Dieu d'Elie était vivant (v.12), elle connaissait la réputation du Dieu d'Israël ; elle y était étrangère. Elie, le serviteur qu'il était, avait-il une nature différente ? Il est intéressant de lire en 1 Rois 18 : 11-12, où l’action de l’Esprit de l’Éternel sur Elie était telle, qu’il pouvait être transporté, déménagé d’un endroit à un autre dans les œuvres de Dieu. Avec assurance, il pouvait servir ce qu'il possédait pleinement de Lui : "il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole." Ce n'était pas une confession positive, ni de la pensée positive, mais une affirmation à partir de ce qu'il détenait des réalités célestes ; ainsi dominait-il sur le deuxième ciel et régnait-il sur son champ de mission comme étant cet 'instrument' de la justice de Dieu : temps de sécheresse pour les uns (jugement), miracles pour d'autres (bénédictions). Dieu manifestant ainsi la différence entre celui qui le servait et celui ne le servait pas. Un libre choix. Un mode de vie où ses valeurs éternelles se réactualisent de jour en jour.

Nous pouvons comprendre que cette veuve ait pu dire "l'Éternel ton Dieu est vivant !" Son mode de vie n'était pas fondé sur les mêmes valeurs. Nous pouvons imaginer la scène : "Il est vivant pour toi Elie. Mais pour moi, étrangère, regarde, une poignée de farine et un peu d'huile, de quoi préparer un maigre repas pour mon fils et moi, après quoi nous mourrons !" - Sous-entendu ton Dieu veut notre mort. Lisez 1 Rois 17 : 18. Plus tard, le fils de cette femme est sur le point de mourir. À nouveau Elie vient la visiter. Ce qui importune cette femme, au point qu’elle ne voit pas la "bénédiction" qui frappe à sa porte. La culpabilité pesante, sa vie est en train de s'échouer ; ainsi est l'œuvre de l'accusateur sur une multitude de personnes y compris des croyants : "Qu'y a-t-il entre moi et toi, homme de Dieu ? Es-tu venu chez moi pour rappeler le souvenir de mon iniquité, et pour faire mourir mon fils ?"

À deux reprises, l'Éternel dirige "son serviteur" Elie dans les œuvres qu'Il a préparées d'avance, afin d'y manifester le témoignage de Son amour à l'égard de cette femme, mais au travers d'elle à toute une famille, à une région où il ne faisait pas 'bon vivre'.
Fait-il bon vivre chez vous ? Dans votre famille ? Votre région sur cette terre où vous habitez ?

Tout dernièrement, dirigé par le Saint-Esprit, nous étions en mission dans la région de Pérouse en Italie, au sein d'une petite assemblée francophone. Nous y avons servi ce que le Saint-Esprit nous révèle des dernières instructions que notre Seigneur Jésus est venu nous donner et contenues dans le livre de l'Apocalypse. Or, durant cette semaine-là, Michelle a eu un songe : "Elle était sur une plate-forme, en hauteur, et voyait ce qui se passait ici-bas dans la région où nous étions, en l'occurrence un 'tremblement de terre'.
Le lendemain, lors de nos conversations avec le couple pastoral, Michelle leur a partagé ce songe et recommandé de prier pour cela…Le Saint-Esprit a-t-il été entendu par nos amis ? Six jours après, un tremblement de terre a eu lieu dans la région de Bologne, non loin de là où nous étions.

Il y a plusieurs mois, visitant une personne qui traversait une situation professionnelle et économique difficile, j'ai entendu cette voix qui nous est familière : "demande-lui qu'elle te donne 1 euro." Ce que je fis.
Hésitante, la personne me dit "je n'ai pas d'argent" ; j'insiste et lui demande '1 euro'. Et elle me donne une pièce de '1 euro'. Je lui dis alors : "Le Seigneur va te rendre au-delà…". Les mois sont passés…aucune nouvelle. Or, nous venons d'apprendre que peu après, sa situation professionnelle s'est débloquée. Gloire à Dieu !

Nous prions pour vous.
Que ce temps dans lequel nous sommes soit pour vous une réelle nouvelle Pentecôte où le feu céleste vient vous embraser esprit, âme et corps.
Soyez attentifs : Jésus vient frapper à votre porte…Il désire 'converser' avec vous, orienter votre foi vers la révélation de sa gloire, de passer par le baptême de feu, et le but de la mission des vainqueurs.
Marcher dans la voie prophétique, c'est entrer dans le vécu des réalités célestes et se saisir de ce que Jésus est venu nous restituer pour le vivre concrètement. Nous sommes ses cohéritiers. Il a fait de nous un royaume de sacrificateurs, ceux-là demeurent dans le Royaume de Dieu en vue de régner sur la terre.

Nous sommes invités à investir l'ouvrage de nos émissions 'REFLEXION' avec TV-VIECOM. Le Saint-Esprit nous ouvre ici la porte d'une chaine de télévision par satellite sur le continent d'Afrique.
Qu'avons-nous à Lui donner ? Nous avons tout pleinement en Lui.
Ensemble, à partir de là où nous siégeons avec Jésus, investissons ce qui nous vient pleinement de Lui.
J'ai cette assurance que Dieu vous (nous) comble dans vos (nos) besoins du moment, et ceux de demain.

Fraternellement en Lui,
Votre frère et ami
Yves GRAVET

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.