jeudi 22 octobre 2015

Entends-tu l'appel de Dieu?


Chers amis,

Nous rendons tout d’abord des actions de grâces à Dieu, Notre Père, pour le témoignage de Son soutien à notre égard durant ces trois derniers mois que nous venons de passer ; ils ont été chargés d’activités sur le plan privé, familiale, engagement et partage au service de l’œuvre apostolique de Vie Comblée. 
La traversée de cette période a été marquée par des réjouissances, mais aussi d’une façon brutale par la tristesse suite au décès du Pasteur Claude SOLD, tandis que l’œuvre du Consolateur se manifestait divinement dans les cœurs éprouvés ; nous avons poursuivi cette traversée en prenant aussi des décisions pratiques pour assurer avec dignité l’ouvrage au sein de notre champ de mission. Il se veut fertile là où nous sommes envoyés par le Saint-Esprit, tandis que nous y semons les promesses de la Justice de Dieu et que nous portons à la connaissance d’un grand nombre l’élaboration de Son plan de salut, en vue de moissonner ce qui Lui revient.

Juillet et Août, c’est à Royan une période estivale, touristique. Nous avons eu le plaisir d’avoir la visite de certains membres de notre famille, et aussi d’amis très chers dans la foi chrétienne. Nous avons eu à dresser dans notre espace vert des tables où l’ambiance estivale était de circonstance, et chacun participait à sa manière et concrètement pour garnir ces tables de mets succulents, particulièrement pour déguster des fruits de mer.

Nous croyons que chacun a pu apprécier, à sa convenance, cette période de détente, tandis que Michelle, en bonne maitresse de maison qu’elle est, avec vivacité et l’énergie que nous lui connaissons, a animé tout ce petit monde à ne pas rester les mains dans les poches ; elle a géré ce temps dans la bonne humeur, tout en ayant en charge deux à quatre de nos petits enfants. Ils ont vite compris comment prendre possession du territoire, car face à eux, le papy que je suis, ils avaient repéré la moustache blanchie, s’empressant d’en tirer une conclusion simplifiée à leurs yeux : « Le papy devait être assez ‘vieux’ pour qu’ils soient en mesure d’échapper à sa surveillance, particulièrement pendant sa sieste. »
Certes, j’ai bien tenté de retrouver le zèle qu’un père peut encore avoir aujourd’hui, mais j’admets que je suis désormais arrivé au stade de « papy ». A chacun son rôle !
Dans cette période, si certains sont habitués à me voir derrière l’ordinateur ou sur le banc de montage vidéo, ils s’imaginaient, en me narguant en certaines occasions, que je ne savais faire que cela. Mais c’est oublier que j’ai ma « botte » secrète avec laquelle je me chausse en cas de force majeure. Rien ne sert de se vanter, la foi en action est une épée qui m’amène à travailler humblement mais sûrement là où personne ne m’attend. Alors, j’ai pris mon plaisir à en surprendre quelques uns en faisant usage de mes talents… par exemple en prenant la visseuse pour monter des étagères dans la maison de Séverine et Johann qu’ils venaient d’aménager. Oui, bon…, Séverine était de la partie ! C’est une certitude, la cadette a hérité de son père. Et son père, et bien c’est moi. Génétiquement parlant elle a hérité de son grand-père paternel ! Vous voyez la transmission de l’héritage !

C’est durant cet aménagement de leur maison que notre joie a été brutalement interrompue. Nous avons eu la tristesse d’apprendre le départ brutal de notre très cher ami Pasteur Claude SOLD, fidèle compagnon d’œuvre depuis 20 ans. Près d’une heure et demie avant, il m’envoyait un ‘sms’ pour nous souhaiter un bon aménagement de la maison de Séverine et Johann.

Claude et Joëlle, son épouse, sont les fondateurs du Centre Chrétien Parole de Foi à Niedermodern, près de Pfaffenhoffen situé 35 km au Nord-Ouest de Strasbourg. Claude était le Directeur International du Centre de Formation Biblique (C.F.B.) ; par le moyen de la vidéo, il a donné ainsi accès à beaucoup de personnes dans nos campagnes françaises, dans les villages reculés en Afrique pour qu’elles soient en mesure de suivre une bonne formation biblique en bénéficiant d’excellents ministères Anglophones et Francophones. Claude lui-même était un excellent traducteur en Anglais et Allemand, et fut souvent sollicité pour la qualité de son service à traduire certains serviteurs de Dieu qui étaient de passage dans sa région. Ce qui lui a valu de nouer des relations fertiles avec certains d’entre eux et de bénéficier de leur bienveillance à l’égard de son ministère et de son engagement.

Aujourd’hui, nous nous tenons aux côtés de Joëlle et leurs enfants. L’œuvre du Centre Chrétien se poursuit avec eux… Merci de prier pour eux. Sans équivoque, ils bénéficient du témoignage vivant du Consolateur. Ils demeurent « debout » dans cette épreuve.

Le mois de Septembre a été le temps où nous avons reçu nos chers amis et compagnons d’œuvre David et Esther TRAORE, les fondateurs du Centre Chrétien Parole Vivante (C.C.P.V.) et de la construction du dispensaire SHEKINA. En leur absence, quatre autres pasteurs consacrés à ce ministère ont assuré la bienveillance sur cette œuvre. A cet effet, nous devions retrouver Claude qui se réjouissait de notre rencontre en vue de partager des projets pour contribuer à l’œuvre de Dieu.  Pour mémoire, il est à l’origine de l’ouverture de beaucoup de C.F.B. dans la Francophonie. Il voulait faire profiter aux nécessiteux de la littérature dans laquelle le Centre Chrétien investissait. Son action était ciblée. Il prenait plaisir à accompagner « des faiseurs ». Et faisant bien comprendre qu’il n’était pas la source. Mais de bien garder à l’esprit cette notion de partager et de s’aider mutuellement.

Avec David et Esther, nous avons donc été à la rencontre de nos amis partenaires, fidèles compagnons dans l’œuvre du ministère Vie Comblée. L’occasion pour nous de les servir, de la part de notre Seigneur Jésus-Christ, selon la forme de leurs besoins.

Lors de notre rencontre à Saint-Rambert-en-Bugey au Refuge de l’Ermite chez David et Francette, nos amis invités sont venus de France et de Suisse.
Répondant à cette invitation fraternelle, certes, restant limitée au nombre de chambres, des jeunes serviteurs sont venus se joindre à nous pour le plaisir d’y rencontrer des pionniers de la foi.
Durant cette rencontre, animée par des temps de louanges, de prières, de réflexions, le Saint-Esprit animait le cœur de chacun. Ainsi, certains ont eu à exprimer et servir avec joie et bienveillance, selon leur charisme, devant les anciens, je cite : Jean-Louis JAYET, Jean-Pascal CRESEGUT, Jean-Pierre SORDET, Sosthène OKOUMBA et moi-même.
Nous avons été réjouis par le témoignage de l’œuvre de la Parole de Dieu dans le cœur de ces jeunes serviteurs. Comme a pu le dire avec justesse un de nos anciens les plus éminents : « Ils ont du jus ces jeunes, ne les brimons pas ». Ils étaient heureux de pouvoir « entrer » dans leur « héritage » et « partager » l’intimité du cœur des anciens, et de poser autant de questions qu’ils le souhaitaient ; les réponses sont venues assouvir leur soif, leur désir brûlant de servir.
Durant cette rencontre, exprimant leur totale appartenance à notre Seigneur Jésus-Christ, désirant répondre à Son appel, ils exprimèrent avec ardeur la permission de Lui consacrer leur vie pour servir dans le ministère du Corps de Christ en marchant sur le sentier des pionniers de la foi. Nous avons identifié en chacun cet appel. En présence du Saint-Esprit, nous, les anciens, avons jugé bon de leur imposer les mains et de les oindre d’huile, de prier pour eux et de les confier à la grâce de Dieu pour qu’ils servent avec sagesse et gloire là où le Saint-Esprit choisit de les envoyer dans la moisson.

Au moment où j’écris cette lettre, l’un d’eux, Samuel, suite à une invitation qui lui a été adressée, après avoir prié, suivant les instructions du Saint-Esprit, s’est rendu dans une ville de la Suisse pour poursuivre ce que Jésus a commencé de faire ; il vient de rendre compte :
« A peine suis-je arrivé à Genève, que la puissance de Dieu se manifeste en plein restaurant !!!!
Le St Esprit me donne une parole pour la serveuse, puis Il me parle sur son fiancé et je suis amené à libérer la parole reçue, et cela va droit dans le mille.
Mais juste avant de rentrer dans le restaurant, le St Esprit me dit de prier pour une femme et me montre qu'elle a des douleurs dans le dos et que c’est lié à la hanche. J'explique à la femme ce que le St Esprit me montre, puis elle me confirme que c’est bien cela ; je prie pour elle, elle est guérie !!!! En fait, c’est la propriétaire du restaurant. Gloire à Dieu !!! »

Je vous invite à méditer sur l’histoire du fils perdu dans Luc 15.11 à 32. A-t-il entendu l’appel de Dieu ?
Le fils prodigue a souvent été représenté comme un païen qui réfute le message de son père et dilapide sa part d’héritage. C’est une parabole. Voudriez-vous avec moi essayer de visualiser ce passage sous un autre angle ?

Ce père a deux fils qui reçoivent la même éducation. Il partage avec eux les instructions qu’enseigne la Parole de Dieu. Il pratique avec eux les mêmes rituels. Or, ses deux fils n’en perçoivent pas la même projection.

L’un reste cantonné dans la maison de son père dans une totale soumission au cadre de vie qui y est établie, sans pour autant profiter de tous les biens auxquels il peut prétendre avoir un libre accès. Il vit dans la rigueur de la loi, du légalisme. Est-ce là l’appel de Dieu, Son Père ? C’est son choix.

Le second a ce désir de vivre hors de ce qu’il semble ressentir comme un emprisonnement. Il a ce désir de se découvrir dans la vie. Il se sent porté par la part d’héritage dont son père l’a doté. Et c’est en se confiant dans cet héritage qu’il choisit et décide de quitter cet encadrement de vie dans lequel il étouffe. Il lui faut de l’espace. Et il s’en va… Est-ce là l’appel de Dieu, Son Père ? C’est son choix.
Chemin faisant, son erreur n’est pas a priori d’avoir quitté le cadre de vie qui lui était imposé. Mais ne serait-elle pas d’avoir cherché satisfaction dans l’usage de son héritage, et d’avoir omis de le faire fructifier en bonne intelligence, en conséquence de l’appel de Dieu ?
Son erreur n’est pas d’avoir quitté son père qui ne lui a rien refusé, car il lui a démontré sa confiance en lui donnant sa part d’héritage. Mais ne serait-elle pas d’avoir pris soin de marcher sans se soucier des instructions de Dieu, Son Père, et sans discerner, s’être confié dans sa propre sagesse, grisé par le pouvoir de cet héritage qui peut illustrer cette part de talents, de charismes à partir desquels il pensait faire valoir une image de lui-même ?

Arrivé au bout du chemin, que lui reste-t-il ? Quelle image de lui-même a-t-il ? Il lui reste la capacité d’entendre et la grâce de percevoir une lueur d’espoir au sein de sa propre misère. Ne serait-ce pas l’appel de Dieu qu’il apparente à la voix de son père : « J’irai vers mon père et lui demanderai pardon ».
Or, nous sommes en droit de penser que son père n’ignorait pas cet appel qui retentissait dans le cœur de ce fils, il l’a laissé partir en lui donnant sa bénédiction. Ce père n’a eu aucune crainte. Il est resté dans l’attente de le voir revenir, et de le voir enfin marcher alors avec vérité et librement dans son appel. Et c’est à cette cause qu’il va jusqu’à faire préparer un veau afin qu’il soit engraissé pour le jour de son retour ; car Il faut un certain temps pour engraisser un veau, cela ne se fait pas en un jour. Et ce père surveille de loin, scrute l’horizon, il entend en son for intérieur la voix de son fils et finit par le voir arriver de loin. Il visionne l’appel de Dieu sur son fils. Il fait préparer les festivités. Ce Père ne dit pas : « J’ai échoué. » Il voit son fils réussir.

Ainsi, pouvons-nous voir pour ce père, le retour de ce fils qui est le retour de celui qui repense à l’usage de cet héritage, et qui, dans la repentance, répond à l’appel de Dieu. C’est le retour de ce jeune homme qui est doté d’un certain charisme qu’il a voulu exercer sans succès par ses propres forces. Epuisé, il revient au point de départ pour mieux repartir, tandis qu’il repense à son échec. Mais il est assuré qu’en retournant vers son père, il peut recommencer de la bonne manière. Il sait qu’il est ce fils qui a de la valeur aux yeux de son père.
Et son père va lui démontrer une fois encore toute sa confiance en lui donnant plus et mieux. Il va le doter en le revêtant de son plus beau manteau et lui partager le meilleur repas en son honneur. Il y a festivité pour le retour de ce fils qui n’a qu’un désir : Honorer son père en suivant Dieu dans Ses œuvres qui ont été préparées pour lui. Ce qui, parallèlement, suscite la jalousie dans le cœur du frère aîné vivant sous le régime de la loi.

Voilà à quoi peut s’apparenter la parabole du fils perdu. Car, en effet, combien sont appelés par le Père, dotés de talents, et sont partis pour échapper à un régime légalitaire, tandis qu’ils sont pointés du doigt, jugés, condamnés, rejetés ? N’est-ce pas ce que ce frère aîné a manifesté à l’égard de son frère cadet revenant vers son père ? Il ne voyait pas l’appel de Dieu qui reposait sur son frère cadet.

Nous n’élevons pas nos enfants, ce sont eux qui nous élèvent. Et nous aident à y voir clair. Combien de ces appelés sont en exil sur le bord du chemin ?
Vers ceux-là notre Seigneur Jésus-Christ nous dirige pour les aider à reprendre le chemin de la foi. Oui, le bon berger laisse 99 brebis pour aller chercher celle qui manque et entend son appel. Et ils sont les invités de notre Seigneur Jésus-Christ. Ils savent qu’ils ne méritent rien. Ils savent qu’ils sont sauvés par grâce. Ils savent qu’ils sont appelés à servir par grâce. Mais plus jamais ils ne se laisseront asservir pour satisfaire un ordre religieux.

C’est en marchant dans cette voie tracée par Lui à notre égard, que nous avons eu la joie de voir l’œuvre Vie Comblée être sollicitée avec son département TV-VIECOM pour permettre la diffusion de nos émissions « REFLEXION » sur le réseau de ‘Canal+’ couvrant plus de 46 pays en Afrique, y compris Madagascar et la Mauritanie.
Nous vous remercions à l’avance pour votre soutien dans la prière d’une part et par votre libéralité d’autre part, afin que nous assumions dans les meilleures conditions ce service auquel Dieu nous appelle, et que nous sachions faire fructifier avec intelligence son savoir faire.


Fraternellement en Lui.                 
                                      
Votre ami

                                                                                                         Yves GRAVET

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.