dimanche 16 juillet 2017

L'Homme Nouveau : Un Être régénéré

« … vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. » - 1 Pierre 1.23

Notre ÊTRE – esprit-âme-corps, depuis la chute d’Adam, a perdu l’éclat de la gloire de Dieu. En conséquence de quoi il se détériore jusqu’à ce que notre corps, partie physique mortelle, meurt ; tandis que notre ÊTRE spirituel, partie céleste invisible, poursuit sa destinée éternelle.

Le tout est de savoir de quel côté nous irons passer l’éternité ?!

Un choix qui implique une décision personnelle salvatrice à prendre lorsque nous sommes encore en vie dans notre corps. Car il n’y a alors plus de choix possible lorsque nous quittons ce monde. Après quoi vient l’attente du jugement de Dieu.

Il est important de recevoir avec considération, reconnaissance, humilité, la Parole de Dieu.
Son œuvre salvatrice est vivante et permanente, et démontre par notre foi comme étant toute autorité et pouvoir incontestable.
Là est le fondement de la foi véritable en notre Seigneur Jésus-Christ. Son œuvre est et se veut être une démonstration vivante de notre foi active au quotidien. Jésus est notre pain quotidien !

Lorsque nous recevons La Parole de Dieu dans notre cœur, c’est la semence incorruptible, vivante et permanente ; elle a le pouvoir par son action divine et souveraine, de reconstituer tout notre ÊTRE : esprit – âme - corps. Là est son œuvre régénératrice.

Elle a aussi le pouvoir de reconstituer l’ensemble de notre tissu organique. C’est ainsi qu’elle a le pouvoir de guérir les malades, de ressusciter des morts, de relever les paralytiques, de rendre la vue aux aveugles, d’ouvrir les oreilles des sourds, de rendre l’usage de la parole aux muets, et tant d’autres miracles et prodiges…
Régénérer veut dire que l’action de la Parole de Dieu vivante et permanente, a le pouvoir de reconstituer la matière vivante.

Jésus a démontré par la puissance et l’autorité de la Parole vivante et permanente de Dieu, le pouvoir de reconstituer tous les tissus organiques du corps putréfié de Lazare.

Il lui a été redonné des forces en le ramenant à un état antérieur meilleur. Lazare a ainsi vécu, par cette régénération, une nouvelle naissance.

Toutes choses anciennes étaient passées. Toutes choses sont devenues nouvelles.

L’œuvre de la Parole de Dieu, manifestée par l’Esprit du Seigneur, a le pouvoir de nous régénérer en vue de nous ramener à cet état antérieur tel que nous l’avions avant la chute d’Adam et Eve.
Et pour cause :
« Or, le Seigneur, c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous dont le visage découvert reflète la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, par l’Esprit du Seigneur. » - 2 Corinthiens 3.17-18

L’action de refléter c’est de renvoyer la lumière, reproduire sur un autre corps. Jésus a dit : « Je suis la lumière du monde. » Jean 8.12

Quand nous acceptons de recevoir la lumière, elle régénère ainsi une multitude de personnes quand nous leur prêchons le plein Evangile : voilà l’œuvre de l’Esprit du Seigneur dans et sur notre vie.
« Je suis comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison. » - Psaume 1.3

Etre comme un arbre près d’un courant d’eau ? Cela signifie que cet arbre se reflète dans l’eau et la saison vient où il produit son fruit, celui de l’arbre de la vie (guérisons, miracles, prodiges, …).

L’action souveraine de notre Dieu et Père en Jésus n’est pas limitée.

Vouloir limiter l’espace de la révélation du plan de Dieu en fonction de notre compréhension, c’est se mettre un voile venant couvrir notre intelligence et demeurer dans un espace réduit à une forme de captivité. C’est méconnaitre alors la profondeur de la gloire de Dieu notre Père qui désire nous rendre semblable à l’image de son Fils premier-né d’entre les morts, Jésus, le Christ glorifié.
C’est là le procédé divin qui se veut vital pour notre salut, qui nous offre la possibilité de vivre cette régénération, permettant alors d’échapper aux traits enflammés du malin en vivant librement dans notre espace céleste.
« Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché ; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. » - 1 Jean 5.18

A défaut de cela, nul n’est épargné !

L’apôtre Paul nous en donne une explication dans l’épître aux Romains 6.3-14 (à lire) :

La régénération passe par le baptême. Lequel ?

Il y a le baptême de repentance qui implique une prise de conscience de notre état spirituel, psychologique, physique qui se dégénère. La repentance est produite par l’œuvre du Saint-Esprit qui réveille en nous la présence de Dieu. Nous sommes sa création.

A quand cette œuvre d’une réelle repentance ?
C’est la plus belle œuvre que le Saint-Esprit opère dans le cœur de l’homme.
S’en suit le baptême d’eau qui n’est que l’ombre d’un acte symbolique pratiqué jusqu’à nos jours en signe d’engagement personnel avec Jésus-Christ.
Mais, comme nous le disons avec « humour », si le vieil homme est mort, ce vieil homme sait aussi nager et refaire surface !

Au moyen de la foi, il nous faut aller au bout du plan divin que Dieu nous offre pour échapper à cette captivité. Aussi nous désirons être bouillant pour vivre le véritable baptême de régénération : celui d’être immergé dans la « mort » et la « résurrection » de Jésus-Christ.
Ce passage que Paul souligne implique notre véritable union avec Lui dans cette immersion.

A ce titre, reportons-nous en Apocalypse 1. 12-18 à ce que l’apôtre Jean a vécu lors de sa rencontre avec Jésus-Christ glorifié : Il a été immergé dans Sa nature glorieuse au point d’en tomber comme mort !

Le Seigneur Lui-même a relevé alors Jean qui ne pouvait donc plus être le même, car c’est là ce baptême qui l’a régénéré en le ramenant à un état antérieur meilleur.

Et de là, il lui a été donné alors la possibilité de « monter » - Apocalypse 4.1 -  jusque dans la salle du trône et d’en redescendre.

Ainsi a t’il été en mesure de nous transmettre la description de ce qu’il a vu et entendu comme étant les dernières instructions de notre Seigneur Jésus, le Christ glorifié.

Il appartient à chacun de prendre connaissance de la finalité éternelle de sa destinée, en choisissant au préalable de suivre ou pas la voie de notre plein salut en Jésus.

« L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur. » - 1 Corinthiens 15.56-58

L’Être régénéré produit son fruit en vue de cette œuvre de Dieu qui donne la vie, car elle est vivante et permanente.

La vie de Christ, dans le cœur de l’Être régénéré, jaillit avec générosité. Elle reflète avec charisme la gloire de Dieu. Il ne s’y trouve pas de place pour la critique, ni la rumeur, ni la jalousie, ni la susceptibilité, ni la rapinerie, ni le mensonge, ni le semblant, …

La vie de l’Être régénéré se construit avec le véritable « JE SUIS ».
Nous suivons notre Seigneur Jésus-Christ dans ses œuvres.

Il frappe à notre porte quand nous le cherchons.

Zachée cherchait à voir Jésus – Luc 19.1-10. Jésus savait et connaissait son cœur, son mode de vie. Mais qui était Zachée ? Aux yeux de beaucoup c’était une personne peu recommandable. Et pourtant…
En lui ouvrant sa maison, Zachée a mis son cœur à nu devant Jésus :
« Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens… ».
En conséquence de quoi Jésus répond :
« Le salut est entré aujourd’hui dans cette maison, parce que celui-ci est aussi fils d’Abraham. »

Quand notre maison s’ouvre à Lui, notre cœur démontre la mesure de l’œuvre du salut en Jésus ; notre identité se révèle. La lumière qui pénètre notre maison met en fuite ce qui est caché dans les ténèbres, et renverse tous les préjugés, les susceptibilités. L’amour de Dieu œuvre à façonner le caractère des « Gens de Biens ». Il rend ces gens « recommandables » aux yeux de Dieu notre Père.

Nous sommes donc invités dans cette vision et appelés à accompagner l’œuvre que Dieu opère en ces temps avec le service du ministère Vie Comblée. Nous suivons notre Seigneur Jésus dans son ouvrage. Que chacun veille sur lui-même, sur le cœur de sa maison. La repentance précède le baptême de gloire.

Nous sommes dans l’espérance de voir plus de compagnons d’œuvre – « Gens de Biens » se révéler sur notre chemin. Déjà, nous voyons des jeunes gens se lever avec le cœur disposé à accompagner Jésus pour servir à sa gloire, quel que soit le terrain de mission qu’ils auront à traverser.

Nous contribuons actuellement auprès des pasteurs David et Esther du C.C.P.V. à accompagner certains de leurs projets qu’ils relèvent auprès des veuves et des orphelins, de la préparation du stock pharmaceutique du dispensaire Shekina… Il y a aussi celui d’envoyer des jeunes serviteurs dans certains villages où il y a urgence d’y prêcher le plein Evangile.

Déjà, nous nous préparons pour un déplacement missionnaire spécial nommé « Opération Gens de Biens » ; plusieurs compagnons d’œuvre ont manifesté le désir de nous accompagner en se prenant en charge.

Nous vous invitons à prier pour ce projet de Dieu placé sur notre cœur en union avec nos bien-aimés David et Esther, nos enfants dans le Seigneur Jésus.
D’avance « MERCI » à vous qui acceptez, par le service exceptionnel de votre libéralité à cette cause, d’être au nombre des « Gens de Biens » qui assistaient de vos biens l’accompagnement de nos préparatifs budgétaires de ce projet de Dieu.
Ce budget implique pour le service de Vie Comblée : les frais des déplacements (air et terrestre), frais de séjour (hôtel et auberge), nourriture, et autres frais liés à l’action missionnaire …














                                                                                                                              

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.