vendredi 10 octobre 2014

La prière oxygène la foi




Chers amis Partenaires,

Lorsque j'ai reconnu l'œuvre de notre Seigneur Jésus-Christ accomplie pour moi par sa crucifixion, comme étant le prix qu'il a accepté de payer pour le rachat de ma vie et que, par conséquent j'ai accepté son alliance et j'ai reçu Jésus-Christ dans mon cœur comme Sauveur et Seigneur, un changement de ma nature psychologique, physiologique, biologique s'est alors radicalement opéré par la puissance du Saint-Esprit en action.

Mon cœur endurci comme de la pierre était devenu ce cœur de chair qui éprouvait des sentiments.
Mon esprit était libéré des ténèbres dans lesquels j'étais retenu en captivité.
Mon sang était purifié, mon corps commençait à se métamorphoser, l'expression de mon visage rayonnait, et l'odeur de nicotine qui émanait de mon corps avait totalement disparu.

Je me mis à marcher dans le chemin de la grâce à la suite de notre Seigneur Jésus-Christ.
Je pouvais de nouveau respirer à plein poumons.
Je pouvais exprimer à Dieu, sans retenue, toute ma reconnaissance, et cela avec les quelques mots de mon vocabulaire d'époque qui, depuis s'est modifié.

D'emblée, je me mis à suivre le jeune pasteur stagiaire engagé dans le ministère qui prêchait l'Evangile avec assurance. Jésus rendait ainsi témoignage à Sa Parole.
Ce pasteur aimait prier. C'était un homme qui ne faisait rien sans avoir prié. Et comme il l'exprimait bien souvent: "la prière nous donne le moyen de percer les ténèbres, car il n'y a rien à saisir s'il n'y a pas eu de percée". Il n'était pas rare que dans un tel cas, malgré l'heure tardive de la réunion, il demandait à ceux qui voulaient "percer les ténèbres" de rester à ses côtés pour une nouvelle réunion de prière.
J'étais du nombre, quand bien même je devais me lever tôt pour le travail. Il nous fallait monter à l'assaut et je ne voulais pas rater cela. J'étais prêt à saisir ma part d'héritage!
La prière par l'Esprit - en langues - était en action !!!
Nous avions la démonstration de notre foi mise en action par le moyen de la prière. Passionnant !!!  
Notre Seigneur Jésus-Christ nous enseigne à prier en tout temps: "Restez donc en éveil, priez en tout temps,..." (Luc 21:36 Seg21)

Priez sans cesse (1 Thessaloniciens 5:17 Seg21). C'est ici une des nombreuses recommandations de l'apôtre Paul.

Pourquoi et comment prier en tout temps, sans cesse, autrement dit dans toutes les circonstances, favorables ou non?

Jésus nous donne dans la suite de Sa Parole un élément de réponse important parmi tant d'autres: "...afin d'avoir la force d'échapper à tous ces évènements à venir et de vous présenter debout devant le Fils de l'homme." (Luc 21:36 Seg21)

Notre sang a besoin d'oxygène...
Les grands sportifs, par exemple les marathoniens originaires d'Ethiopie, vont pour beaucoup d'entre eux s'entraîner sur les hauts plateaux. Ils courent sur les hauteurs, afin d'exercer leur capacité respiratoire et psychologique à puiser l'oxygène nécessaire pour être plus résistant, plus endurant, plus fort lorsqu'ils redescendront en bas lors des compétitions sportives.
Ainsi les voyons-nous généralement courir à un rythme régulier avec endurance, se maintenant souvent en tête et gagner leur course.
Ceci étant, bien d'autres de nos sportifs occidentaux s'entraînent eux aussi, et ne déméritent pas, mais n'obtiennent pas forcément la même performance dans l'endurance.
Je prends ce type d'exemple pour illustrer ce qui suit. Que le meilleur gagne! Que chacun termine sa course. Que chacun reçoive la récompense qui lui revient.

Ecoutons notre Seigneur Jésus-Christ, notre coach:
"En priant, ne multipliez pas les paroles comme les membres des autres peuples: ils s'imaginent en effet qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez." (Matthieu 6:7-8 Seg21)

Jésus nous recommande une manière de prier pour gagner: ne pas ressembler à des moulins à prières qui fonctionnent au gré du vent et ne pas laisser vagabonder nos pensées, car en finalité avec une telle façon de faire, on ne gagne pas ou si peu de terrain. Selon une expression populaire, à raconter nos histoires au Seigneur Jésus, nous patinons dans la semoule.
La prière n'est pas un débit de paroles à formuler selon un rituel pour présenter nos requêtes et attendre comme des oisillons le bec ouvert que la solution nous tombe tout "cui-cui" dans le bec!
Notre Père sait ce que nous avons besoin. Et il nous donne toute chose en temps utile et selon la forme de notre besoin.
Mais nous, connaissons-nous réellement notre besoin et son temps adéquat?
Une situation à surmonter révèle bien souvent la vraie nature de notre besoin et son utilité.
Certes, aussi pour satisfaire le besoin de posséder une chose tant désirée, convoitée même, nous manifestons le zèle de notre propre foi, comme les marins déploient la voile d'un bateau au souffle du vent. Mais si le vent est au calme plat, la voile ne servira à rien et le bateau se déplacera peu. Ici, dans ce cas de figure, si pour nous le souffle de l'Esprit est absent, rien ne bougera.

La prière faite selon Dieu est le levier de la foi.
La prière faite selon Dieu est celle qui exprime le contenu de ses promesses, notre héritage que Jésus est venu nous restituer.
La prière faite selon Dieu marque son empreinte sur notre vie.  

Quand il l'eut renvoyée (la foule), il (Jésus) monta sur la montagne pour prier à l'écart et, le soir venu, il était là seul. La barque se trouvait déjà au milieu du lac, battue par les vagues, car le vent était contraire.
Quand les disciples le virent marcher sur le lac, ils furent affolés et dirent: "C'est un fantôme!" et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. Jésus leur dit aussitôt: "Rassurez-vous, c'est moi. N'ayez pas peur!" Pierre lui répondit: "Seigneur, si c'est toi, ordonne-moi d’aller vers toi sur l'eau." Jésus lui dit: "Viens!" Pierre sortit de la barque et marcha sur l'eau pour aller vers Jésus, mais, voyant que le vent était fort, il eut peur et, comme il commençait à s'enfoncer, il s'écria: "Seigneur, sauve-moi!" Aussitôt Jésus tendit la main, l’empoigna et lui dit: "Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté?" (Matthieu 14:23-24, 26-31 Seg21)

La prière est ce moment que nous prenons pour nous rendre sur le haut de la montagne (situation), à l'écart d'une multitude de pensées, et nous trouver seul, mais en présence de Dieu. Je dis bien "sur" notre montagne et non "sous" le poids de la montagne (situation).

Après avoir prié en haut de la montagne, en présence de Son Père, Jésus est redescendu vers le lac avec sa foi oxygénée. Et là, il démontre l'oeuvre de la puissance de Dieu qui anime sa foi en étant capable de marcher sur le lac. Et cela, à la stupéfaction de ses disciples qui croient voir un fantôme! Cette réalité vivante est hors de leur logique, de leur temps, elle échappe à leur contrôle. Cependant, de cette réalité vivante qui se déplace sur le lac pour aller vers eux, la voix de notre Seigneur Jésus-Christ se fait entendre avec puissance en les rassurant: "C'est moi, dit Jésus, n'ayez pas peur!"
Quel impact psychologique, spirituel, émotionnel, corporel! Pouvons-nous imaginer un tel instant vécu par ces hommes? De quoi ramer avec empressement pour rentrer au port.
Ce qui ne sera pas le cas, car Pierre va alors tester "sa foi" aux yeux de ses compagnons qui, imaginons, se tiennent tétanisés dans leur barque ballottée au gré des vagues.

De cette barque, donc "d'en bas" dirons-nous, Pierre exerce sa mesure de foi en obéissant à la parole de Jésus "Viens". Il se met alors à son tour à marcher sur le lac, afin d'aller à la rencontre de notre Seigneur Jésus-Christ. Toutefois, remarquons les propos que Pierre exprime: ils portent incontestablement l'empreinte du doute, un défaut dans la cuirasse de la foi: "Seigneur, si c'est toi...".
Pourtant, il a commencé de marcher hors des réalités terrestres; mais ces dernières ont vite submergé sa foi jusqu'à ce qu'il demande le secours du Seigneur Jésus qui lui dira: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? Remarquez cependant que Jésus n'a pas dit à Pierre "tu n'as pas de foi", mais homme de "peu de foi".

Lorsque notre foi n'est pas oxygénée au temps convenable par le moyen de la prière, nous nous exposons à des désagréments face à des situations imprévues ou que nous n'avons pas anticipées. La qualité de notre foi est comme celle de l'air que nous respirons ici bas. Elle est polluée. Les hauteurs sont préférables pour avoir une meilleure qualité de l'air.
Nous pouvons toujours rester en bas de la montagne et prier dans l'espoir que notre Seigneur Jésus-Christ change la situation devant laquelle nous nous trouvons. Nous nous exposons alors à nous fatiguer voire rebuter rapidement de la prière et, par conséquent, pour maintenir le minimum de notre foi, nous cherchons à l'oxygéner en prêtant notre oreille et notre cœur à la prière des autres. C'est un choix, certes. Nous pourrions appeler cela: vivre au crédit de la foi des autres. Ce qui n'est pas interdit, mais guère avantageux. Mais dans ce cas, je vous invite à prendre en considération la parabole des dix vierges.
Alors le royaume des cieux ressemblera à dix jeunes filles qui ont pris leurs lampes pour aller à la rencontre du marié. Cinq d'entre elles étaient folles et cinq étaient sages. Celles qui étaient folles ne prirent pas d'huile avec elles en emportant leurs lampes, tandis que les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme le marié tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: ‘Voici le marié, allez à sa rencontre!’ Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.’ Les sages répondirent: ‘Non, il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous. Allez plutôt chez ceux qui en vendent et achetez-en pour vous.’ Pendant qu'elles allaient en acheter, le marié arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles vinrent et dirent: ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous!’ mais il répondit: ‘Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas.’ Restez donc vigilants, puisque vous ne savez ni le jour ni l'heure [où le Fils de l'homme viendra]. (Matthieu 25:1-13 Seg21)

Comment se tenir en éveil pour affronter le plus sereinement possible les évènements que nous aurons à traverser si nous ne maintenons pas la qualité de notre foi par le moyen de la prière?
Nous ne sommes pas plus grands que le Maître!

Jésus, le Fils de Dieu a eu recours à la prière en présence de Son Père pour avoir la force d'échapper à la tentation d'abandonner en laissant l'Amour du Père se refroidir peu à peu en lui. Car sa foi était liée à l'Amour de Dieu Son Père pour opérer une multitude de miracles. Il s'est ainsi tenu debout jusqu'au moment où il fut cloué sur la croix.
Il a vaincu la mort en rendant impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort (2 Timothée 1:10).
Jésus-Christ est ressuscité, proclamons-le haut et fort!
Pour quel motif devrions-nous subir le pouvoir de la mort qui a été rendu impuissant par notre Souverain Sacrificateur Jésus-Christ Glorifié?

A quel niveau (de la montagne) nous exerçons-nous dans la prière pour oxygéner notre foi?
Cette mesure si précieuse que Dieu nous donne, produit des miracles et nous offre de vivre en faisant de plus grandes choses. Jésus dit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers mon Père." (Jean 14:12 Seg21)

Rappelez-vous ces sportifs qui vont sur les hauts plateaux pour s'entrainer dans la course, afin de se préparer pour remporter la victoire. De même, c'est sur les hauteurs de nos défis que Jésus nous montre où nous tenir en présence de Dieu. C'est là que nous avons à faire bon usage de la prière qui donne de l'oxygène à notre foi.
En effet, l’amour envers Dieu consiste à respecter ses commandements. Or, ses commandements ne représentent pas un fardeau, puisque tout ce qui est né de Dieu remporte la victoire contre le monde, et la victoire qui a triomphé du monde, c'est votre foi. Qui est victorieux du monde? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? (1 Jean 5:3-5 Seg21)

Jésus a dit: "Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie" (Jean 6:63).

Et l'apôtre Paul écrit: "Ainsi la foi vient de ce qu'on entend, et ce qu'on entend vient de la parole de Christ" (Romains 10:17).

La prière est donc le moyen que nous utilisons pour confesser, déclarer en présence de Dieu notre Père "ce que nous croyons" de Sa Parole. Souvenons-nous de la valeur de l'héritage obtenue par grâce à cause de l'obéissance parfaite de notre Seigneur Jésus-Christ.

Donc la prière est le moyen par excellence d'oxygéner notre foi en notre Seigneur Jésus-Christ.
Elle est le moyen de maintenir notre âme dans la joie de notre Seigneur Jésus-Christ. Cette joie est notre force.
Elle est aussi le moyen de revêtir notre domicile céleste pour engloutir ce qui est mortel (2 Corinthiens 5:2-5).

Alléluia, la voie de la victoire est ouverte à tous!

Fraternellement en Jésus

Yves GRAVET

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.